Rappel historique et définition

Le terme est utilisé dans son acception moderne pour la première fois en 1958 par Hans-Peter Luhn, un ingénieur d’IBM. La “business intelligence”, selon lui, utilisait des ordinateurs pour coder et résumer des documents, afin de créer des informations utiles à l’action. De nos jours, l’idée principale est restée la même. Analyser les données pour pouvoir les faire parler et prendre des décisions importantes pour l’entreprise.

Qu’est-ce que la Business Intelligence (BI) ou informatique décisionnelle ? Elle désigne un ensemble de solutions et méthodes informatiques exploitant des données structurées pour répondre à des questions métiers.

Exemple sur des données d’entreprises financières, pourquoi mon chiffre d’affaire a baissé de 5% par rapport à l’année dernière ? Réponse possible apportée grâce à ces solutions : La baisse de CA est concentrée sur les mois de mars à juin. Elle ne touche que les régions IDF et Grand Est et porte principalement sur les ventes de mobiliers de bureaux.

Ainsi en informatique décisionnelle, on utilise des indicateurs ou mesures, ici le CA et le rapport de progression du CA d’une année à l’autre. On évalue ces indicateurs par rapport à des dimensions ou axes d’analyse, ici les mois de facturation, les zones de ventes géographiques et les catégories de produits. L’objet de la BI est l’aide à la décision.

Les outils de BI sont devenus communs dans les ETI et les grandes entreprises à partir de 1980-1990. Récemment, le développement du cloud et du SaaS, a permis à la business intelligence de se démocratiser. Elle est devenue plus performante, plus facile à mettre en place et à utiliser sans compétence technique. Elle est maintenant accessible à des entreprises de toutes tailles et en particulier aux PME.

Tableau de bord ERP carto

Un exemple concret pour une PME

Création d’un tableau de bord de pilotage

Les solutions de BI ne créent pas de données. Elles doivent se connecter à des sources de données. L’ERP (Enterprise Resource Planning), en tant que brique centrale du système d’information des PME est une des premières sources que nous avons envie de connecter. Elle contient entre autre toutes les données financières, de stock le cas échéant et souvent les données commerciales.

Les solutions de BI actuelles possèdent toutes des connecteurs permettant de se connecter aux bases de données des ERP. Elles vont ensuite transformer les données et les modéliser, c’est à dire créer les liens logiques entre elles. Relier les factures et les clients par exemple. Dans la solution BI, il faut ensuite créer les indicateurs et les dimensions qui seront utilisés dans les restitutions.

A ce stade, il est enfin possible de créer des graphes, des tableaux, des tableaux de bords. Dans notre exemple, nous allons construire notre application BI en plusieurs onglets. Le premier correspondra au tableau de bord de l’entreprise qui présente les principaux indicateurs suivis par celle-ci.

Nous pouvons y mettre notre indicateur décrit plus haut : la variation du CA par rapport à l’année précédente. Nous y ajoutons le délai de rotation des stocks et la valorisation des opportunités commerciales en cours rapportées au CA. L’ensemble de ces indicateurs pourra être analysé dans ce premier onglet suivant nos axes d’analyses. Par exemple dans le temps, avec une représentation cartographique et suivant les catégories de clients et les catégories de produits.

Utilisation du tableau de bord

Chaque jour, à partir de l’ERP, ces informations sont alimentées automatiquement dans le tableau de bord. Celui-ci est interactif pour favoriser l’analyse et il est possible de naviguer selon les axes d’analyse. Pour aller chercher par exemple les valeurs de ces indicateurs spécifiquement pour les collectivités locales et les mobiliers de bureaux.

Ce tableaux de bord permet ainsi d’analyser en un coup d’œil la santé de l’entreprise.

Si un indicateur n’est pas bon et qu’il faut l’analyser de plus prés, nous utiliserons alors les onglets suivant, les onglets d’analyse. Un de ces onglets sera ainsi dédié à la prospection commerciale. Il permettra d’expliquer par exemple le niveau anormalement bas des opportunités de ventes de mobiliers de bureaux aux collectivités locales…

Avec cet exemple simple, nous avons souhaité ici rendre concret la création d’une application BI de pilotage d’entreprise. Les cas d’usages de la BI sont néanmoins très nombreux et pertinents dans tous les secteurs d’activités.

Découvrez notre offre BI.